A partir du 13 décembre, le Château de Montsoreau-Musée d’art contemporain rend hommage à François Morellet, père du Minimalisme disparu cette année.
A la suite de l’hommage rendu le 7 novembre dernier au Centre Georges Pompidou, le Château de Montsoreau-Musée d’art contemporain tient à saluer à son tour cet artiste originaire de Cholet et dont la renommée internationale a permis à l’Art français de rayonner au niveau mondial.
La production de François Morellet est intimement liée à l’histoire de l’Art Conceptuel, base de la collection permanente du Château de Montsoreau-Musée d’art contemporain.
Après avoir créé le Prix François Morellet en avril 2016 en collaboration avec le Département de Maine et Loire et les Journées nationales du Livre et du Vin, le Château de Montsoreau, nouveau musée d’Art Contemporain en Val de Loire, donne un coup de projecteur sur l’œuvre de François Morellet en installant une œuvre sur la façade du bâtiment consacré aux expositions temporaires.

Le geste artistique

Passant sur les parois vitrées des cinq portes fenêtres du bâtiment accueillant les expositions temporaires, une œuvre intitulée « Courbe contrainte au porte-à-porte» représentant une courbe adhésive jaune citron, sera installée le 13 décembre 2016, en collaboration avec Danielle et Frédéric Morellet.
C’est à partir de 1969 à Amsterdam (Galerie Swart) que François Morellet crée les premiers adhésifs éphémères qu’il colle directement sur les murs d’édifices emblématiques : le Musée Galliera (1971), la Kunstverein de Hambourg (1971), e Musée des Beaux-Arts de Grenoble (1972), la Staatliche Kunsthalle de Baden-Baden (1977).
En 1954, François Morellet réalise pour la première fois une peinture à l’huile sur quatre panneaux de bois : “Arc de cercle brisé en 4” qui deviendra un principe très représentatif de ses systèmes.
En 1980 à Duizel au Pays-Bas, François Morellet l’applique également à l’architecture, sur un ensemble de bâtiments: “Fragmentation de droites et de courbes de néon”.
Selon ce principe cher à l’artiste, Courbe contrainte au porte à porte rapproche les différentes surfaces d’intervention, puis trace une ou plusieurs lignes sur l’ensemble. Ces surfaces d’intervention sont ensuite écartées pour retrouver leurs positions initiales (ou réelles pour ce qui concerne l’architecture).

François Morellet, père du Minimalisme
Peintre, graveur et sculpteur, François Morellet est considéré comme l’un des acteurs majeurs de l’abstraction géométrique de la seconde moitié du XXème siècle.
Précurseur de la peinture systématique en France, son travail se situe dans la lignée de l’art géométrique et constructiviste.
Pour Morellet, l’œuvre d’art ne renvoie qu’à elle-même. Il entend contrôler le processus de création et démystifier la mythologie romantique de l’art et de l’artiste. L’application rigoureuse des notions de géométrie, apporte au fil des années une approche spatiale qui le situe d’emblée à l’avant-garde de l’art concret ou de l’art minimal.
Artiste international usant de multiples supports (toiles, tableaux, adhésifs, néons, surfaces de bâtiments…), Dès les années 70, il jouit d’une grande considération en France, Allemagne, Suisse, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, États-Unis se manifestant par un nombre important de commandes publiques et privées.